La mémoire oubliée du coronavirus

Été 1968. Un virus inconnu déferle sur le monde. Il a démarré en Chine. Et fait, au bas mot, 1 million de morts, dont 50.000 aux États-Unis et, au moins, 30.000 en France. Un chef d’État, Willy Brandt, est touché. Des cheminots, faute de masques, sont à l’arrêt.

On vaccine, racontent les médecins survivants “sur les trottoirs”, à tour de bras. On meurt, “les lèvres cyanosées”, d’hémorragie pulmonaire ou d’étouffement. Et le mal va si vite que l’on n’a pas le temps d’évacuer les cadavres qui s’entassent dans les salles de réanimation.

Que ceux qui ont l’âge d’avoir vécu cette pandémie soient honnêtes : ils n’en ont, à l’exception des soignants, gardé aucun souvenir. Que les plus jeunes, saoulés au coronavirus, y songent : on ne leur parle jamais, sur les chaînes d’information, de ce précédent baptisé “grippe de Hongkong“. Et que les archivistes vérifient : la presse de l’époque, dix-huit mois durant, en parle, mais sans évoquer l’hypothèse d’un confinement et sans que l’on imagine de mettre la vie à l’arrêt.

1957-1958. Autre souvenir. L’épidémie, baptisée, cette fois grippe asiatique est partie des provinces de Guizhou et du Yunnan, c’est-à-dire, à nouveau, de Chine. Elle est passée par l’Iran, l’Italie, le grand Est de la France, les États-Unis. Et il ne lui a pas fallu six mois pour faire, encore, le tour du monde.

Deux millions de morts au total, notamment chez les diabétiques et les cardiaques. 100.000 aux États-Unis. Entre 25.000 et 100.000 en France. Des scènes d’épouvante dans les hôpitaux sous-équipés et submergés. Mais, malgré l’horreur, malgré les deuils, malgré un débat au Conseil de Paris où l’on envisage, sans s’y résoudre, la fermeture de certaines écoles, toujours pas de confinement. Une vraie présence dans les journaux, mais qui n’éclipse ni la guerre d’Algérie, ni la signature du traité de Rome, ni le retour de De Gaulle.

Un très curieux phénomène qui fait que cette pandémie s’est, elle aussi, effacée de nos esprits. Ces deux précédents, troublants de similitude avec la séquence actuelle, rappellent une évidence : le Spectacle fait loi et un événement n’est “historique”, il ne change le monde et ne départage un avant d’un après, que pour autant que les médias, dans leur griserie autoréalisatrice, en décident ainsi.

La planète a changé. Elle juge insupportables des hécatombes qui paraissaient, hier, dans l’ordre naturel des choses. On y fait du souci de la santé publique une mission régalienne des États au même titre que la sécurité ou les questions de paix et guerre entre nations. On y mobilise des moyens gigantesques pour, comme avec le sida qui a fait, soit dit en passant, un total de 25 millions de morts, inventer remèdes et vaccins. Et l’humanité, comme un seul homme, fait passer la vie avant l’économie. C’est magnifique !

Mais, de l’autre côté, on en fait un peu beaucoup sur le thème de la “pandémie sans précédent” ; On se trompe lorsqu’on nous dit que l’on fait face, avec ce Covid-19, au “pire désastre sanitaire depuis un siècle”. À moins d’une accélération toujours possible mais que n’envisagent, pour l’heure, pas les experts, nous sommes encore loin, dans un pays comme la France, des chiffres de 1958 et 1968.

L’autre conclusion c’est qu’il y a, et le constat est moins heureux, une part de surréaction et de panique dans nos attitudes d’aujourd’hui. La hantise et l’angoisse sont-ils les revers du progrès ? Et sommes-nous entrés dans une société de la pétoche ?

D’après Bernard- Henri Lévy – La Règle du jeu, avril 2020.
Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *