Se sentir mal dans une France qui va bien, une déprime bien française

Le démographe Hervé Le Bras* s’interroge : comment les Français peuvent-ils, la même année se déclarer en quasi-totalité (94 %) heureux de leur sort, selon un sondage Euro baromètre de mars 2018 et, six mois plus tard, applaudir les “gilets jaunes” qui occupent les ronds-points et saccagent les Champs Elysées, en jetant leur souffrance à la face de tous les nantis.

C’est pour répondre à cette question que l’amoureux des cartes et des statistiques, a mené une enquête fouillée sur ce qui ressemble à une grande dépression nerveuse collective.

Ne croyant ni dans les médias, ni dans les élites, ni dans les politiques ou les syndicats, les Français n’accordent plus leur confiance qu’à la police, l’armée et l’administration publique. D’où vient ce pessimisme indécrottable ?

Un à un, le scientifique passe en revue les suspects habituels. D’abords les inégalités et la pauvreté. Mais les inégalités sont parmi les plus faibles en Europe et depuis un siècle, la pauvreté a nettement reculé. En 1970, 13 % des gens disposaient d’un revenu inférieur de 50 % au salaire médian. Ils sont 8 % aujourd’hui.

Peut-être, alors est-ce la santé ? Mais l’espérance de vie et la proportion de médecins sont plutôt favorables en France, par rapport à nos voisins. Même constat comparatif sur la famille, le logement ou la sécurité. II n’y a pas beaucoup plus d’homicides ni moins de juges ou de policiers qu’ailleurs sur le Vieux Contient (hormis les pays de l’Est).

Le démographe évacue aussi le chômage et l’immigration dont il n’a pas été question durant l’épisode des “gilets jaunes”

Reste alors trois suspects : D’abord, la désertification d’une certaine France, celle qui se dépeuple, des Ardennes au Massif central. Mais aussi, et surtout, un changement sociologique majeur, avec l’explosion du nombre de diplômés qui dépasse l’offre d’emplois correspondante et pousse naturellement à l’immobilité sociale et à la frustration. Et, enfin, l’injustice criante des inégalités hommes-femmes devant le travail.

Résultat, des Français qui se sentent en échec sans raison objective. Parce qu’ils ont le sentiment que l’avenir ne leur appartient plus.

Bonne année 2020 !

* Se sentir mal dans une France qui va bien – Le Monde, déc. 2019.
Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *