Comprendre les ados

L‘adolescence est marquée par des besoins surprenants et souvent incompréhensibles pour les adultes, de marquage de territoire, d’appartenance à des groupes, de recherche d’identité, de reconnaissance, d’autonomie, de plaisir… Et bien entendu, tout cela se fait en s’opposant aux parents et aux adultes. “On se pose en s’opposant” disait Sartre.

Par exemple, si une adolescente s’habille de façon provocante, si elle écoute du Rap ou du Reggae à tue-tête, ne range pas sa chambre, si elle a des horaires complètement décalés, si elle est agressive ou au contraire se renferme sur elle-même, rappelons-nous que ces comportements qui nous hérissent, remplissent une fonction et répondent à un besoin qu’a l’adolescente à un moment donné. Et que tout comportement insatisfaisant à nos yeux, provient le plus souvent d’un besoin non satisfait, physique, émotionnel, psychologique, intellectuel ou spirituel.

Un ado coiffé avec des rastas, habillé d’un pantalon orange avec des bandes vertes et noires, la taille au niveau des hanches au risque de perdre son jean, marque un besoin de se différencier vis-à-vis de son père et d’afficher son appartenance à un groupe (Bob Marley ?)  ; Ce besoin d’appartenir à un groupe en adoptant le même langage, les mêmes attitudes et les mêmes vêtements que les autres, est vital à l’adolescence, car pour devenir autonome on a besoin de s’appuyer sur des modèles.

Quand il passe un temps interminable au téléphone avec ses amis qu’il vient juste de quitter, cela veut dire qu’il a besoin d’être écouté, d’être compris, de partager. Le fait de ne pas ranger sa chambre signifie qu’il a besoin d’espace, de marquer son territoire, de laisser des traces de son passage dans la maison pour être reconnu. Quand elle reste enfermée des heures dans la salle de bains devant la glace, c’est qu’elle a besoin de surveiller son corps qui change, de se bichonner, de dompter une mèche rebelle ou de réduire un minuscule bouton d’acné pour se rassurer.

Mais chaque ado est unique. Pour l’un, le fait de manger remplira la fonction d’être aimé, pour un autre ce sera un besoin de sécurité. Quant à fumer, cela peut satisfaire un besoin de se détendre, de se faire plaisir mais aussi d’être convivial et de partager avec d’autres. Même les comportements agressifs ont une fonction et satisfont des besoins comme : rétablir la justice (les jeunes sont très sensibles à ce qu’ils considèrent comme juste), se défendre, se protéger, être entendus, reconnus, respectés…

La difficulté à comprendre les ados vient de ce que leurs besoins sont contradictoires : Je veux appartenir à un groupe mais en même temps je veux trouver mon identité. Je veux m’éloigner de mes parents mais pas trop vite. Je veux être autonome mais en même temps j’ai besoin d’être soutenu. J’ai besoin de 9 heures de sommeil mais la mélatonine (qui facilite l’endormissement) est libérée par mon cerveau 2 h plus tard que chez un adulte.

J’ai un besoin vital de protéines, de vitamines et de sels minéraux, indispensables à mon organisme en pleine croissance, mais je n’ai pas le temps, c’est trop compliqué et je mange n’importe quoi, n’importe quand. Résultat : près de la moitié des adolescents sont sous-alimentés.

J’ai besoin d’une heure d’activités physiques minimum chaque jour pour réduire mon anxiété (8 ados sur 10 déclarent être anxieux) et favoriser mon sommeil, mais je n’ai pas envie de faire d’exercices physiques, surtout les filles. J’ai besoin de m’affronter à une autorité et d’avoir des règles et des limites pour me structurer, mais en même temps j’ai besoin de les transgresser pour me prouver que je suis capable de le faire etc.

Avec ces repères en tête, nous pourrons mieux comprendre les comportements les plus troublants de nos ados. En nous souvenant de ce que l’on appelle le complexe du homard : Les adolescents sont comme des homards vulnérables pendant leur mue. Quand ils changent de carapace, ils perdent d’abord l’ancienne et restent sans défense, le temps d’en fabriquer une nouvelle. D’où leurs angoisses et leurs doutes.

Et en nous rappelant surtout la famille idéale dont rêvent les ados : Des parents qui ont des repères solides, qui osent aborder les questions de fond et pas seulement le tout-venant, un paternel à la mode d’antan, c’est à dire présent (la plupart trouvent leurs pères pas assez présents et pas assez à l’écoute), fort et capable de dire non quand il le faut mais juste et tolérant, une mère affectueuse mais plus indépendante, et des adolescents respectueux mais autonomes dans leur jardin secret.

Ce contenu a été publié dans Communication, Enfants et Ados. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Comprendre les ados

  1. VIALLE Guy dit :

    L’image du homard qui fait sa mue est tout à fait bien choisie car c’est également le moment où il est le plus vulnérable à la merci des prédateurs. Les ados, dans cette période, courent également de grands dangers. Les parents doivent y être attentifs car les menaces peuvent être de tous ordres. La vigilance est de mise couleur orange comme par les temps de grand froid…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *