Courir pour vivre plus longtemps

La pratique sportive se révèle être le meilleur des médicaments, tant sur le plan curatif que préventif.

Les études se succèdent sur les bienfaits de la course à pied et battent en brèche les idées reçues sur ses méfaits supposés.

Une équipe de chercheurs australiens a planché sur les liens entre la pratique de la course et les risques de mortalité par cancer ou encore cardiovasculaires et leurs conclusions sont sans appel : La pratique régulière de la course à pied, même à faible intensité, réduirait le risque de mortalité cardiovasculaire de 30 % et par cancer de 23 %. En comparaison avec les non-coureurs, le risque de mortalité toutes causes confondues diminue de 27 %.

Et peu importe la quantité des efforts. Les gains attendus sur le risque de mortalité ne semblent pas dépendre de la quantité des efforts fournis, aussi bien en durée qu’en fréquence et en intensité. Les bienfaits de la course seraient obtenus, même avec une faible activité.

Ainsi, courir une fois par semaine, ou bien 50 minutes cumulées dans une semaine, à une vitesse minimale de 9 kilomètres par heure confère des avantages significatifs en termes de mortalité, toutes causes confondues. En revanche, les chercheurs n’ont pas trouvé la preuve que ces avantages augmenteraient, avec une plus grande quantité de course à pied.

Tout effort de course, même a minima, est bénéfique pour la santé. Cela pourrait donner un peu de courage à celles et ceux qui sont rebutés par cette activité sportive et encourager les coureurs réguliers à poursuivre leurs efforts.

D’autant que de nombreuses études ont récemment fait tomber les idées reçues sur les conséquences articulaires de la course à pied qui ne favoriserait pas l’arthrose du genou ni de la hanche, mais qui au contraire, aurait des effets protecteurs sur ces articulations. En outre les os des jambes se renforceraient, grâce aux légers chocs au niveau des talons.

Mais le choix des chaussures, le type de terrain et la durée de la course étant des éléments à apprécier en fonction de chacun, il est sage avant de pratiquer la course, de prendre l’avis d’un kiné.

D’après Stéphane Demorand, Le Point santé.
Ce contenu a été publié dans Corps, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *