Emotion permanente et confusion des idées

Nous entrons dans le temps de l’émotion permanente. Ce que l’on perçoit et ce que l’on ressent compte plus que ce l’on analyse et ce que l’on pense. Quand Franklin Roosevelt faisait un discours à la radio, les gens avaient le temps de réfléchir, ils pouvaient combiner les émotions et les faits.

Aujourd’hui, avec Internet et la télévision par câble qui diffusent des informations 24 heures sur 24, on est plongé dans un contexte dans lequel on n’a plus le temps de réfléchir. Les électeurs par exemple, sont guidés par de purs sentiments de sympathie ou d’aversion, d’harmonie ou de malaise, que leur inspirent les candidats.

Sans même parler du temps qui s’accélère, le triomphe de l’image sur l’écrit favorise l’émotion au détriment du recul et de l’analyse. Sur le Web, on s’habitue à s’informer sur le mode de la rumeur et du complot, ce qui radicalise les attitudes et les rend simplistes. Deux exemples récents le montrent bien.

Comment comprendre que Ségolène Royal qui est une personnage qui compte dans ce pays, ait pu s’excuser au nom de la France, sous la foi d’une phrase non vérifiée et sortie de son contexte ? Jack Lang a eu raison de parler de réaction démesurée et de s’excuser auprès de l’Espagne, pour les propos tenus… par Ségolène.

Autre exemple. Comment comprendre que des médecins réputés parlent de mercantilisme à propos de la loi sur l’hôpital, quand cette loi ne vise qu’à rendre plus efficace la gestion de ces organismes ? On peut être pour ou contre cette loi, mais on ne peut parler de mercantilisme “Doctrine des économistes des 16° et 17° siècles, tendant à procurer à l’État les moyens d’obtenir les richesses premières que sont l’or et l’argent”

Il s’agissait à l’époque de faire entrer dans les pays, par tous les moyens de l’or et de l’argent, sous forme de pièces, d’objets, de lingots… Comment peut-on parler de mercantilisme pour la réforme de l’hôpital ? Comme disait Wellington “Si on peut croire cela, alors on peut croire n’importe quoi”

Si tu ne réagis que par rapport à tes perceptions et à tes émotions, tu deviens dépendant de l’environnement qui les suscite, ce qui est le contraire de la maîtrise de toi, me dit mon coach. On ne peut pas parvenir à la maîtrise et à la réalisation de soi dans la confusion.

Ce contenu a été publié dans Émotions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Emotion permanente et confusion des idées

  1. Renate dit :

    « Nous entrons dans le temps de l’émotion permanente » ? Est-ce que cette émotion ne nous est pas dictée par tous les médias ? Dans une émission de divertissements où se produisent les « stars », on les remercie aussitôt pour la grande émotion qu’ils nous ont procurée. Les faits divers sont présentés de telle manière à ce qu’eux aussi doivent réveiller en nous des émotions comme les commentaires d’un procès ! Elle est apparemment partout, et tout cela me semble terriblement suspect ! Lorsque l’on doit s’émouvoir à tout bout de champs, c’est que l’émotion naturelle n’existe plus. En même temps, on combat nos émotions, car dans le travail, il est interdit de montrer ce que nous ressentons. Toute émotion pourrait faire caboter une affaire. Comme à la guerre, il faut faire abstraction de ses sentiments sinon on n’est pas crédible.

    Quant aux deux exemples, je crois que tous les moyens sont bons pour attirer l’attention d’autrui et pour arriver à ses fins. La maladresse n’a même plus d’importance ni le mensonge d’ailleurs. Il fut un temps où l’on disait que « c’est vrai parce que c’est écrit ». Ce temps est révolu, l’écrit, la parole comme l’image n’ont plus tellement d’importance, ils sont remplacés aussitôt par d’autres et je te donne raison, il n’y a plus de temps pour quelque analyse que ce soit. Sans en connaître le sens véritable d’un mot, on le répète bêtement parce que quelqu’un l’a employé et « ça fait bien » on l’imite faute de pouvoir ou vouloir se donner la peine de l’analyser.

    Je donne aussi raison à ton coach, on ne peut pas parvenir à la maîtrise et à la réalisation de soi dans la confusion. Le mien – mon coach à moi – m’a proposé le silence quitte à paraître démodée vis-à-vis les autres. Je l’ai essayé et j’ai constaté que je n’ai pas besoin de m’informer d’un événement en étant branchée sur les ondes en permanence. Une ou deux informations suffisent et curieusement, le petit ordinateur dans ma tête se met en marche, le résultat ressemble presque à une analyse et j’ai l’impression de ne pas avoir perdu mon temps…

  2. Joseph ESTEPHAN dit :

    En lisant les deux 2 ingrédients forts de ton titre « émotion permanente et confusion des idées » je constate à quel point nous, êtres humains, sommes manipulés et dépendent des médias.
    C’est fou !!, ils sont capables de nous désorienter des sujets qui nous intéressent et de nous s’enfoncer dans d’autres qui plutôt les intéressent.
    Quant aux hommes ou femmes politiques, ils ont toujours leur conseillers de communications collés au …, qui s’amusent à faire monter le baromètre de leur maitres dans les sondages et surtout quand ils veulent et grâce à « notre émotion permanente et confusion des idées ».
    Joseph ESTEPHAN

  3. Guillaume FISCH dit :

    Cette fameuse citation de Henry Ranchon disait “Le triomphe de l’image sur l’écrit favorise l’émotion au détriment du recul et de l’analyse”… et je ne peux m’empêcher d’en dresser un parallèle avec cette phrase composée par Stephen Davis dans sa biographie de Bob Marley : “une attitude tendre envers la dureté et dure envers la tendresse […]”
    Voila les ingrédients qui permettent de commencer en bas de l’échelle et de parvenir au sommet de l’accomplissement de soi ! Cette maîtrise de l’environnement implique d’être capable de porter un jugement critique et de sélectioner les éléments qui nous font avancer tout en balayant les tentations qui peuvent s’avérer nuisantes. Finalement c’est cette capacité à adapter sa sensibilité, à gèrer nos émotions quel que soit le contexte, qui nous positionnera dans les meilleures conditions pour s’épanouir sainement.

  4. Jean dit :

    J’adhère à tes propos et souffre d’entendre à longueur de journée sur
    les ondes des radios privées, les commentaires des chers auditeurs qui
    refont le monde sans savoir de quoi ils parlent plutôt que de laisser la
    parole à des experts dans le domaine abordé.
    Un auditeur expert de peu de choses…
    Jean

  5. Nomade dit :

    Selon le Littré, l’ancien, le mercantilisme c’est aussi la “propension à rapporter tout au commerce, au trafic, au gain”.
    Les batailles à coup de dictionnaires mènent à toutes les sauces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *